logo-Stada

Traitement ciblé contre l’ostéoporose

Chaque traitement contre l’ostéoporose est différent. La condition physique et la santé du patient sont déterminantes à cet égard. Le médecin prend une décision relative au traitement adéquat après avoir discuté avec le patient. Les médecins ont des approches différentes. Celles-ci comprennent des traitements avec ou sans médicaments.

Dans le cas d’une ostéoporose dite « secondaire », qui est liée à une autre maladie (par exemple l’hyperthyroïdie), le médecin traitera cette pathologie sous-jacente. Dans certains cas, certains médicaments provoquent eux-mêmes une ostéoporose secondaire. Dans ce cas, le médecin pourra en changer pour d’autres qui n’ont pas d’impact négatif sur la densité osseuse.

Traitement non médicamenteux de l’ostéoporose

Chaque patient souffrant d’ostéoporose peut agir en pratiquant suffisamment d’exercice physique et en ayant un régime alimentaire adéquat. De plus, il existe de nombreuses possibilités pour prévenir les chutes

Les mesures matérielles peuvent apporter un soutien ou soulager la douleur. Celles-ci comprennent par exemple la cryothérapie ou la thermothérapie, les massages ou l’acupuncture.

Traitement médical de l’ostéoporose

De nombreuses molécules destinées à lutter contre l’ostéoporose sont disponibles sur le marché. Le principe actif qui convient le mieux pour un patient dépend de chaque cas particulier en fonction de la gravité de la maladie et des antécédents médicaux du patient.

Les principes actifs qui combattent l’ostéoporose contribuent généralement à renforcer l’os ou à enrayer la perte osseuse. En règle générale, cela évite les déformations et les fractures à long terme. Le médicament doit généralement être pris pendant trois à cinq ans. Les traitements les plus couramment utilisés sont les suivants :

  • Bisphosphonates: ils sont destinés à prévenir ou à arrêter la perte osseuse et à renforcer la masse osseuse restante. Le patient reçoit ce médicament sous forme de comprimés, d’une injection ou au moyen d’une perfusion.
  • Activateur du récepteur de l’inhibiteur du facteur nucléaire Kappa B (RANKL) (par exemple, le dénosumab): cette molécule inhibe la perte osseuse. Elle est injectée par voie sous-cutanée deux fois par an.
  • Parathormone (tériparatide, par exemple): le tériparatide est un « fragment de la parathormone »,  identique à l’hormone physiologique C’est la méthode de traitement la plus avancée, car elle ralentit non seulement la perte osseuse, mais favorise également la formation osseuse et permet le développement de nouvelles structures osseuses. Elle est normalement utilisée à raison d’une fois par jour, sous forme d’injection.
  • Modulateurs sélectifs des récepteurs aux œstrogènes (SERM): les SERM sont conçus pour réduire la susceptibilité aux fractures. Ils sont destinés aux femmes atteintes d’ostéoporose pendant la ménopause. Deux d’entre eux le raloxifène et le bazédoxifène inhibent également la perte osseuse.
  • Ranélate de strontium: ce dernier est stocké en particulier dans les os nouvellement développés. Les ranélates de strontium (généralement sous forme de poudre) sont destinés aux patients souffrant d’ostéoporose sévère et présentant un risque élevé de fractures, à savoir les femmes post-ménopausées ou récemment post-ménopausées et les hommes adultes qui ne peuvent pas utiliser d’autres médicaments contre l’ostéoporose.

Avec la plupart des médicaments contre l’ostéoporose, le médecin recommande généralement de prendre du calcium et de la vitamine D, parfois du fluor.

  • Calcium : le calcium renforce les os. Le corps devrait être alimenté en calcium dans le cadre d’un régime complet. Sinon, des compléments alimentaires peuvent prendre le relai.
  • Vitamine D : La vitamine D permet au corps d’absorber le calcium et de l’intégrer dans les os. Ici, il en va de même que dans le cas du calcium : le corps devrait l’obtenir dans le cadre d’un régime alimentaire équilibré. Sinon, les compléments alimentaires pourraient aussi être utilisés.
  • Fluorures : ils augmentent la densité osseuse.

Dans de nombreux cas, d’autres médicaments sont utilisés, par exemple pour traiter les douleurs aiguës ou pour détendre les muscles comme les myorelaxants. La cortisone est une autre option possible. Pour certaines femmes, l’utilisation d’œstrogènes ou de progestatifs, peuvent être un plus.

Chirurgie et ostéoporose

Chez les patients souffrant de graves fractures vertébrales, une opération à la colonne vertébrale peut constituer un soulagement. Certains patients peuvent par ailleurs recevoir une prothèse de la hanche après une fracture de la hanche ou du col fémoral.