logo-Stada

Mieux comprendre l’ostéoporose

La Journée mondiale de l’ostéoporose a lieu une fois par an. Elle a été lancée par la British Osteoporosis Association en 1996. Son objectif est de sensibiliser le public à l’ostéoporose et à sa prévention. Des événements et des campagnes d’information sur ce type de perte osseuse sont organisés chaque année, le 20 octobre, dans une centaine de pays à travers le monde (http://worldosteoporosisday.org/). Qu’est-ce que l’ostéoporose ? Comment se développe-t-elle ? Et que peuvent faire les patients pour la prévenir ou la traiter ?

L’ostéoporose – une maladie répandue

L’ostéoporose est une maladie répandue. À l’heure actuelle, on estime que l’ostéoporose affecte plus de 200 millions de femmes dans le monde, mais selon l’Organisation mondiale de la santé, ce nombre devrait augmenter. L’OMS classe l’ostéoporose parmi les dix maladies chroniques les plus courantes de notre époque. Point gênant : elle n’est souvent pas reconnue comme telle. Selon la Fondation internationale contre l’ostéoporose (IOF), moins du quart des cas sont identifiées à un stade précoce et traitées de manière appropriée. Pour quelle raison ? L’ostéoporose se développe généralement lentement et peut être banale et asymptomatique pendant de nombreuses années. Le diagnostic ne survient souvent qu’après une légère chute, par exemple, qui a entraîné une fracture osseuse alors qu’elle aurait pu n’avoir aucune conséquence.

Le patient peut donc déjà souffrir d’une densité osseuse réduite avant la survenue d’une fracture. La fracture n’est qu’une conséquence tardive.

Comment se produit la perte osseuse ?

Les os ne sont pas une substance morte. Ils sont constitués de tissus vivants. Ce tissu se construit régulièrement au cours de notre vie – mais il se détruit également. C’est en fait un processus normal. La masse osseuse augmente jusqu’à l’âge de 30 ans environ, âge après lequel le phénomène s’inverse. Cela signifie que nous perdons plus de masse osseuse ancienne que nous n’en produisons.

Mais dès que cet équilibre naturel est perturbé, la masse osseuse se modifie. La perte osseuse s’accélère. Même de légères tensions ou des chutes sans danger – du moins du point de vue des autres – peuvent entraîner des fractures osseuses.

L’ostéopénie est une étape préliminaire à l’ostéoporose. Elle fait référence à une réduction de la densité osseuse, qui n’est pas aussi grave qu’à un stade plus avancé, c’est donc le point médian entre la santé des os et l’ostéoporose. Cependant, les personnes souffrant d’ostéopénie ont également un risque accru de fractures osseuses.

L’ostéomalacie est une autre affection liée aux os qui décrit le ramollissement des os, généralement causée par un manque de calcium et de vitamine D.

Qu’est-ce qui perturbe l’équilibre ?

Une carence en calcium, une activité physique insuffisante et des maladies liées aux hormones peuvent inhiber la formation osseuse et stimuler la résorption osseuse. Les femmes sont plus souvent touchées que les hommes, en particulier après la ménopause, en raison des modifications hormonales. Chez 30% des femmes, le risque de perte osseuse augmente au cours de cette phase de la vie. Le métabolisme de nos os est partiellement sous contrôle de l’œstrogène et de la testostérone, les hormones sexuelles féminine et masculine, ainsi de la vitamine D et d’autres hormones, telles que celles produites par la glande thyroïde. À partir de 35 ans, le corps de la femme produit moins d’œstrogènes. La conséquence : il décompose plus d’os qu’il n’en construit. Si le corps ne perd que 1% de sa masse osseuse chaque année avant la ménopause, ce chiffre passe rapidement à 4%.

Certaines femmes perdent près de 40% de leur masse osseuse entre 40 et 70 ans. En revanche, pour la plupart des hommes, ce chiffre n’est que de 20%. Cependant, malgré le lien établi entre les œstrogènes et l’ostéoporose, toutes les femmes n’en sont pas atteintes après la ménopause. D’autres facteurs jouent également un rôle.

 

Comment prévenir l’ostéoporose ?

Le meilleur scénario possible consiste à prévenir ou à traiter l’ostéoporose avant la première fracture, car il est très difficile de reconstruire la masse osseuse une fois qu’elle a été perdue. Certains facteurs de risque peuvent être évités, alors que d’autres ne le peuvent pas.

Facteurs de risque inévitables :

  • Traits génétiques
  • Baisse des taux d’œstrogène ou de testostérone liée à l’âge

Facteurs de risque contrôlables :

  • un faible poids corporel
  • une carence en calcium et / ou en vitamine D
  • le tabac
  • un manque d’activité physique
  • une restriction de mouvement ou une impossibilité de bouger

Certaines pathologies ou certains médicaments augmentant le risque d’ostéoporose ne peuvent être contrôlés que dans une certaine mesure.

Qu’est-ce qui limite l’ostéoporose ?

Trois approches thérapeutiques ont prouvé leur efficacité dans la prévention des fractures osseuses :

  • des traitements pharmaceutiques à long terme sur plusieurs années
  • la pratique d’exercices, par exemple natation et gymnastique
  • l’alimentation, y compris les régimes riches en calcium

Seul un médecin peut déterminer quelle mesure individuelle convient au patient. Chaque traitement dépend du tableau clinique général du patient.

Comment contrôler l’ostéoporose ?

L’ostéoporose ne peut pas encore être guérie, mais les os peuvent être stabilisés de façon à limiter ou éviter une première ou une nouvelle fracture. A retenir : plus tôt la prévention et le traitement commencent, plus il sera possible de préserver des os en bonne santé.